Bienvenue au G.R.V.

séjour Corbières en novembre, inscriptions
W-E Labastide d’Armagnac 30 sept 1er oct,
pensez à faire le règlement dès que possible

2017 Récit – l’Aveyron

D’ AOG en AOC

Alain, Odile et Guy nous ont organisé,
Quelques jours de détente en sentiers balisés,
Au gîte des Costes Rouges, ce séjour d’Ascension.
C’est déjà la promesse d’un bonne préparation…
Pour suivre ce programme, dix neuf participants
Cathy en bon  pilote, covoiture gentiment.
-Au départ de Rignac le chemin est pentu
Les pierres sont glissantes, la descente est ardue.
Nous craignons bien parfois quelque mésaventure
Nous surveillons nos pas. « Je me casse la figure
J’suis tombée sur les fesses », c’est Michèle qui s’écrie…
Est-ce là ce qu’on appelle « des joues bien rebondies » ?
Guy nous fait découvrir, souvent sous les ombrages,
De chemins en vallons, les plus beaux paysages
De forêt  ripisylve : elle suit un cours d’eau
Et moi je me délecte toujours d’un mot nouveau.
-Nous retrouvons aussi la richesse de la flore,
Chaque plante, chaque fleur, Odile nous remémore :
Préférée des sorcières, le soir au clair de lune,
Voici pour leurs balais de la mauve Callune
Avec la vraie bruyère, très souvent confondue ;
Au détour des sentiers ainsi nous aurons vu
La digitale pourpre, l’anémone pulsatile
La campanule, l’œillet qui paraît si fragile,
Et même la raiponce  et son panache blanc
Plus loin elle sera mauve, balancée par le vent…
Aline remarquera avec un fin sourire,
« Tu as réponse à tout » … Partager quel plaisir !
Caché dans la forêt, le maquis Du Guesclin
D’une époque troublée reste encore le témoin.
Visite de Belcastel, plus beau village de France
Où garer la voiture est une performance.
Au flanc de la falaise, les maisons se déclinent
Rangées sur l’éperon que le château domine.
Enjambant l’Aveyron un vieux pont médiéval,
L’église Marie-Madeleine dans son style ogival,
Et Alzias de Saunhac présenté en gisant
Qui d’un dernier sommeil dort éternellement.
-Direction de Combret, où se situe  le gîte.
Une maison seigneuriale qui domine le site
Des ruelles en pente, des maisons de grès rose
La plupart recouvertes de toitures de lauzes.
Cathy entre deux arbres se gare avec adresse
De décharger les coffres tout le monde s’empresse
Chacun de découvrir les chambres réparties.
Trinquons au premier soir avec un jus de fruits.
Nos hôtes sont charmants, le repas simple et bon
Jusques au vin servi,  tout y est fait « maison ».
Le soir, concert gratuit nous est donné  au gîte
En petites notes flûtées, jouent les crapauds alytes ;
Et grâce à Josselyne, apprenons à connaître
Ce petit amphibien qui chante sous nos fenêtres :
Cinq ou six centimètres, mais plutôt rondelet,
De gracieuses pustules lui font un chapelet
Qui décore son dos. Si la femelle pond,
Le mâle porte les œufs, quelle charmante attention
C’est la maternité gentiment partagée
L’accouchement sans heurt, en toute égalité.
-Autour de grandes tables le petit déjeuner
Tout y est prévu pour commencer la journée
Départ en chantonnant, hommage à Jacques Brel :
T’as voulu voir Bozouls … chanson intemporelle.
Bien vite nous remettons nos chapeaux, nos casquettes,
Superbe capeline de Bruna, la discrète,
Astucieusement conçue, portée élégamment
En parfaite harmonie avec l’environnement.
Le site de Bozouls est très impressionnant,
Qui peut imaginer ce ruisseau bondissant
Baptisé le Dourdou qui coule dans le fond
Creusant dans le calcaire un gouffre si profond ?
Nous sommes parfois naïfs, faut rien exagérer,
Heureusement Odile ne s’en laisse pas conter :
Le Diable assurément y aura mit sa patte !
Nous voici convaincus, plus rien ne nous épate…
Un chemin dans les bois, des châtaigniers, des  hêtres
Fauvettes et rossignols y chantent à tue-tête.
Du  Roman en Rouergue voici un bel exemple
Du haut de son clocher, huit siècles nous contemplent :
C’est l’église Sainte Fauste, nous nous sommes arrêtés
A ses pierres de grès rouge soigneusement ajustées.
Détachées du rocher,  par un  « têtu » peut-être …
Antoine nous parlera de l’outil double tête
D’un côté  il fait masse de l’autre il est tranchant
Bien utile aux carriers, il n’y a pas si longtemps.
Dans notre GRV, les savoirs sont multiples
C’est une vraie richesse acquise dans nos périples.
-Bruel, c’est la Dourbie traversée d’un pont vieux
Un porche, un pigeonnier, la quiétude des lieux …
Dans ce petit village de Villecomtal,
Le retable de l’église, il est monumental !
Là Jean-Bruno caresse,  un tantinet rêveur,
Le nombril de Vénus avec grande douceur :
Au creux de vieilles pierres sa feuille duveteuse
S’épanouit de bonheur, veloutée et pulpeuse.
Cheminons sur le Causse, l’ombre s’y fait plus rare
Le souffle d’une brise, le vol lourd d’un busard,
Ici un troupeau « d’oueilles » comme les appelle Guy :
De la race de Lacaune, sont ces blanches brebis.
Au village de Combret,  retrouvons notre gîte
A visiter ses chais, notre hôte nous invite.
Cépage des Costes Rouges, c’ est le Fer Servadou
Il donne un vin tannique et rustique de goût
Un cépage tardif, cultivé en terrasses
AOC Marcillac, en petites surfaces.
-Partons dans la chaleur d’une journée nouvelle
Pensée aux pèlerins,  Saint Jacques de Compostelle,
A Conques, du pont « romieu » démarre la randonnée
Et puis à travers bois  notre première montée
Nous rencontrons ici,  des vaches en élevage
Robe fauve, yeux fardés, sont à leur avantage.
Bel aperçu de Conques par dessus le toit
D’une charmante chapelle dédiée à Sainte Foy.
En chemin … de Bruna, une petite histoire
Et qui donc en son temps inventa la baignoire ?
Mais c’est bien sûr Schubert pour « l’Ave Maria »
Ce fut un grand succès jusqu’à ce que patatras …
Soixante années plus tard, Verdi fit « Othello » !
Le soleil, la chaleur … ils bouillonnent les cerveaux !
Se restaurer et boire, à l’ombre il fait si bon.
Avant d’entrer à Conques, il est un joli pont…
A quoi pense Maryse, l’attitude hiératique,
Qui apporte à ce pont  une perspective unique ?
C’est chacun à sa guise, qu’alors nous visitons
Conques la mystique, aux coquettes maisons
Au Grand Chemin rêver, flâner dans ses ruelles…
Austère dans son vallon, que l’abbaye est belle…
-Salles la source, départ de la grande cascade
Nous sentons la chaleur tapie en embuscade
Nous profitons un peu de la fraîcheur des eaux
Et pour la prolonger, nous trempons nos chapeaux.
Vers l’église Saint Paul une rude montée
Ces grandioses points de vue, il faut les mériter,
Plus blanches sont les pierres des maisons de villages
Ici de Marcillac s’alignent les cépages…
-Bruna offre le Banyuls en terrasse des « garçons »
D’une fraîcheur relative, à l’ombre nous profitons.
Un moment de détente, c’est la dernière soirée
D’un séjour agréable où régna l’amitié.
-Voici venir dimanche, la fin de l’ escapade
Tous  prêts à repartir, sans aucune bousculade.
Monique sous mon lit a trouvé un crapaud
Pour un prince charmant, il n’est pas très dispo…
Et Jean-Bruno s’étonne de mon inexpérience
« Rien qu’un petit bisou peut éveiller ses sens … ».
Mais au lever du jour, après une tendre nuit
Quand j’eusse demandé avez-vous bien dormi ?
D’une bouche pâteuse et l’haleine pas trop fraîche
N’aurait-il fait  Côa, Côa,  avec un air revêche,
En m’enlevant alors mes dernières illusions ?
Non, vraiment, en crapaud, il est bien plus mignon.
-Villefranche du Rouergue, au bord de l’Aveyron,
C’est encore  un « pont neuf » que nous traverserons,
Puis attaquons dare dare une « côte pavée »,
Qu’ils sont beaux les mollets avec le GRV…
Table d’orientation au dessus de Villefranche
Des toits de tuiles roses couvrent les maisons blanches
Nous retrouvons ensuite les vaches dans leurs prairies
Et de jolies maisons aux abords bien fleuris ;
Une  pente escarpée, Antoine s’est taillé
Un solide bâton d’une branche de noisetier
Gérard n’est pas en reste, c’est lui, un vrai gourdin
En bois de châtaigner qu’il trouve en chemin.
Par un sentier pierreux entamons la descente,
Une brise parfois semble rafraîchissante
De Villefranche aussi, nous ferons la visite
A monter au clocher, un guide nous invite.
Une marche après l’autre, nous avons l’entraînement
Et bien sûr de là-haut, c’est un enchantement !
Terminons le séjour par un pot entre amis,
En terrasse de café nous voici réunis ;
Alain Odile et Guy, nous vous disons merci
Car grâce à vous  ce fut un séjour réussi
Cette joyeuse ambiance, ces sourires partagés,
C’est toujours le meilleur de l’esprit GRV.

-Marguerite – mai 2017-

2017 Récit – Moissac

A nous deux Montgaillard !

Les « deux » furent  vingt et sept, à partir au soleil …
Déjà dans nos  chaussures, s’impatientent nos orteils
Poisson d’avril taquin, du soleil   « en  morceaux », >> Lire la suite

2016 – impressions Montagne Noire

Impressions sur le séjour à la montagne noire et haut Minervois du 10 au 13 novembre 2016
Un souffle nietzschéen a traversé la montagne noire, un guide fort et inspiré nous a fait braver les éléments
en nous faisant grimper et cheminer sur les sentiers du ‘’hauts de hurle vent’’ >> Lire la suite

2016 – Merci aux bénévoles

Très simplement merci …

Souvent au fil des pages, je les ai évoqués

Ils sont bien sans conteste, l’âme du GRV >> Lire la suite

2016 Récit – Montagne Noire

C’est le moment d’écrire mes mémoires au G R V.

Montagne Noire du 10 au 13 novembre 2016 avec Bernard C. >> Lire la suite